3 février 2023
AccueilBreveLibération des soldats ivoiriens détenus au Mali depuis juillet

Libération des soldats ivoiriens détenus au Mali depuis juillet

Le 7 janvier, les 49 soldats ivoiriens détenus au Mali ont été graciés par le gouvernement insurrectionnel dirigé par Assimi Goïta. Pour rappel, ces soldats avaient été arrêtés le 10 juillet 2022 à l’aéroport de Bamako et accusés notamment d’“attentat et complot contre le gouvernement”. Cette arrestation avait notamment causé la suspension pendant un mois des rotations de la mission onusienne sur place, la MINUSMA (voir à ce titre la session dédiée de notre lettre d’information d’août 2022). Ces soldats avaient été accusés d’être des mercenaires par la junte malienne et avaient été condamnés en décembre par la justice malienne à 20 ans de réclusion criminelle, pour « atteinte à la sûreté extérieure de l’État ».

Depuis l’arrestation, les autorités ivoiriennes n’ont cessé de demander la libération rapide de leur contingent, affirmant qu’ils étaient présents au Mali sous l’égide de la MINUSMA. Les autorités étaient soutenues par les dirigeants de la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), qui ont donné un dernier ultimatum au Mali au 1er janvier 2023 lors de leur dernier sommet début décembre 2022.

Finalement, le 22 décembre Bamako et Yamoussoukro ont signé un mémorandum d’accord politique en vue de la libération des soldats détenus. Cette rencontre a eu lieu en présence du ministre des Affaires étrangères togolais, en qualité de médiateur. Ce dernier s’est s’est ensuite déplacé à Bamako début janvier afin d’apaiser les tensions entre les deux pays.

Suite à cela, les autorités maliennes ont annoncé le 6 janvier via un communiqué la libération des soldats ivoiriens, qui ont bénéficié d’une grâce présidentielle et d’une remise totale de peine. Malgré le fait que le Mali a dépassé l’ultimatum fixé en décembre par la CEDEAO, le chef de l’État bissau-guinéen, président en exercice de l’organisation ouest africaine, a déclaré qu’il « n’y aura pas de sanctions contre le Mali dans l’immédiat ».

Plus de publications
- Advertisement -Observatoire

Dernières brèves

Le Lieutenant Général Otàvio Rodrigues nommé nouveau commandant de la MONUSCO

Le Secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a annoncé le 4 janvier la nomination du Lieutenant Général Otávio Rodrigues De Miranda Filho, au...

La CEDEAO planche sur une force sécuritaire régionale

Le 4 décembre, à l’issue du 62e sommet des chefs d’États et de gouvernements de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest...

Le site de l’Observatoire fait peau neuve !

Bienvenue à tous et toutes sur le nouveau site de l’Observatoire Boutros-Ghali du maintien de la paix ! À partir du 24 octobre 2022 le projet...