3 février 2023

Le rôle des OP dans la lutte contre l’exploitation illégale des ressources naturelles : le cas de la MONUSCO et de la MINUSCA

L’ONU a reconnu le rôle des ressources naturelles dans les conflits ainsi que l’impact négatif de leur exploitation illégale sur ces derniers et sur les populations civiles. L’exploitation illégale des ressources naturelles (EIRN)est au cœur des préoccupations des Nations unies et des missions qu’elles déploient en Afrique. La présente note entend ainsi se pencher sur la Mission de l’Organisation des Nations unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (RDC) (MONUSCO) et la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) comme des missions fondamentalement concernées par la problématique.

Plus précisément l’auteur analyse la manière dont les opérations de paix (OP) déployées dans ces pays tentent de répondre au défi de l’EIRN tant au plus haut niveau, c’est-à-dire celui du Conseil de sécurité, que sur le terrain. La présente note cherchera à répondre à cette question en mettant en exergue et analysant les initiatives et actions de la MONUSCO et de la MINUSCA dans le cadre de la lutte contre l’EIRN dans ces États, celles-ci commençant le plus souvent par un effort de compréhension approfondie des contextes. Elle souligne les limites des OP face à la complexité du phénomène, avant de formuler certaines recommandations à destination des missions, des États hôtes, du Conseil de sécurité de l’ONU, mais aussi des États limitrophes et d’organisations internationales et régionales à l’image de l’Union africaine.

Cette note a été réalisée grâce au soutien de la Direction générale des relations internationales et de la stratégie du Ministère français des Armées.

Le rôle des OP dans la lutte contre l’exploitation illégale des ressources naturelles : cas de la MONUSCO et de la MINUSCA

Plus de publications

Kourouma Oumar est consultant, chargé d'Enseignement, doctorant à la Faculté de Droit de Tanger (Maroc) et chercheur associé à l'Observatoire des études méditerranéennes. Il est titulaire d'un master 2 en Droit international-Relations internationales de l'Université Hassan II-Casablanca (Maroc), du diplôme de la Commission de droit international des Nations unies (Genève), du Certificat d'Advanced Studies de la Public School du Policy Center for the New South (Rabat) pour l'expertise en Geopolitical and Security Risks Analysis, Defense building, ancien auditeur de l'Académie de droit international (La Haye, Pays-Bas) et Lauréat de la bourse de l'Institut Max Planck (Luxembourg).

Ses travaux concernent les domaines de la Sécurité, la Géopolitique, l'Histoire, la Sociologie et la Théorie du Droit international et des Relations internationales en Afrique, ainsi que la Sociologie politique des démocratisations en Afrique francophone. Il coopère régulièrement avec des Think Tanks tels que le Policy Center for the New South et le Barcelona Center for International Affairs.

Suivez-nous

526FansJ'aime
541SuiveursSuivre
277AbonnésS'abonner

Dernières publications