19 avril 2024
ÉvénementsÉvénement passéVisite du Centre d’entraînement tactique CET7 de Thiès - 11 mai 2023

Visite du Centre d’entraînement tactique CET7 de Thiès – 11 mai 2023

Le 11 mai, une délégation de huit personnes, composée des membres de l’équipe de l’Observatoire Boutros-Ghali, de représentants de la DGRIS et de l’OIF, et de plusieurs panélistes invité·e·s à l’évènement du 10 mai, s’est rendue sur le site du Centre d’entraînement tactique capitaine Mbaye Diagne (CET7) à Thiès. Ce centre assure notamment la formation des casques bleus sénégalais en amont de leur déploiement dans les opérations de paix des Nations unies.

Crédit photo : OBG

L’équipe a été accueillie par le Chef d’escadrons Ousseynou Ndiaye, commandant de l’école depuis août 2022. Ce dernier a d’abord présenté le centre d’entraînement ainsi que les différentes formations proposées en son sein. Il a expliqué que le nom du centre rend hommage au Capitaine Mbaye Diagne, un officier sénégalais déployée dans plusieurs missions onusiennes et le seul à ce jour à avoir une médaille de l’ONU à son nom. Le centre d’entraînement tactique est un des sept présents sur le territoire sénégalais, il a été créé en 2001. La mission du centre est de former les forces armées sénégalaises en priorité mais aussi parfois celles des autres pays. L’école a des partenariats avec des ONG mais aussi des organisations multilatérales comme la Banque mondiale.

En tout l’école propose 16 modules d’entraînement en adéquation avec les exigences des Nations unies, on peut noter par exemple des modules de gestion des engins explosifs improvisés, de secourisme ou encore de techniques de négociation ou de contrôle des foules. Les formations sont également parfois ouvertes aux membres de la fonction publique. Le centre offre également des formations pré-déploiement pour des opérations onusiennes comme la MINUSMA prochainement. Le centre est dans un processus d’autonomisation et de nationalisation de l’offre de formation.

Plusieurs éléments intéressants sont ressortis des échanges et de la visite, tout d’abord l’investissement financier et infrastructurel important des autorités sénégalaises afin d’accueillir dans les meilleures conditions les soldat·e·s en formation, en particulier des nouveaux bâtiments de logement. Le chef d’escadrons Ndiaye a d’ailleurs précisé qu’en moyenne chaque soldat·e de l’armée de Terre effectue au moins un séjour dans ce centre de formation.

Crédit photo : OBG

En matière d’enjeux liés à A4P, le centre travaille en collaboration avec des ONG tels qu’Action contre la faim et la Croix Rouge dans le cadre de ses formations pré-déploiement (la création d’un mini-centre de la protection des civil·e·s est d’ailleurs en projet). Il met aussi en avant les processus de RETEX afin d’amender la préparation au déploiement, ainsi que la protection de la santé mentale des soldat·e·s sénégalais·e·s, qui fait l’objet d’une attention particulière. Le directeur du centre a également abordé l’aspect linguistique des formations, qui est crucial parce que toutes les personnes qui viennent se former ne maîtrisent pas toutes le français et que différents mécanismes sont mis en place, notamment certains cours peuvent être dispensés en wolof en complément du français. Cela a été l’occasion pour l’équipe de parler du projet REFFOP et plus particulièrement de la méthode En Avant ! disponible sur notre site. Le commandant a par ailleurs exprimé son vif intérêt pour les manuels et guides de formation qui pourraient être traduits et mis à disposition par les acteurs institutionnels présents.

Ensuite, l’équipe a pu visiter les différentes infrastructures présentes sur le centre comme les salles de cours, de simulation de tir et de mises en situation ainsi que les baraquements. Nous avons eu l’occasion de voir des soldat·e·s en formation s’entraîner au tir grâce à un logiciel informatique de simulation.

Crédit photo : OBG
Plus de publications