17 juin 2024
AccueilBreveUn chercheur associé de l'OBG intervient devant le Conseil de Sécurité des...

Un chercheur associé de l’OBG intervient devant le Conseil de Sécurité des Nations unies

Le 6 octobre 2022, le Conseil de sécurité des Nations unies (CSNU) a organisé sur proposition du Gabon, qui a la présidence du CSNU en octobre, un débat de haut niveau sur le renforcement de la lutte contre le financement des groupes armés et des terroristes par le trafic illicite des ressources naturelles sur le continent africain.

Lors de ce débat, Paul-Simon Handy, Directeur Afrique de l’Est et Représentant de l’Institut d’études de sécurité (ISS) auprès de l’Union africaine, était présent pour représenter l’Observatoire Boutros-Ghali en sa qualité de chercheur associé de l’Observatoire.

Le ministre des Affaires étrangères du Gabon, Michaël Moussa Adamo, qui présidait cette réunion, a rappelé le fait que l’Afrique compte environ 30% des réserves mondiales de minerais et qu’« il est indéniable » que les richesses naturelles nourrissent le financement des conflits tout en étant l’un des principaux enjeux. Il a ainsi demandé en urgence au CSNU d’agir à ce niveau. Ses propos ont été appuyés par la Directrice exécutive de l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC), Ghada Wali.

Lors de son intervention, Paul-Simon Handy, a souligné que de nombreaux outils existent, notamment mis à disposition par ONUDC mais qu’ils restent peu utilisés à ce jour, il a ainsi parlé d’une « crise de l’inaction qu’une crise des instruments existants » sous forme de résolutions des Nations Unies, de protocoles de l’Union africaine ou des traités entre pays.  Selon lui, c’est l’existence de trafics en général qui doit être combattue, les ressources naturelles n’étant qu’une dimension de ces trafics qui s’étendent aux êtres humains, aux objets culturels et financiers, ainsi qu’aux drogues. M. Handy a énuméré plusieurs pistes de solutions pour lutter contre les trafics, en attirant l’attention sur une nécessaire modernisation des régimes de sanction et a également souligné qu’il fallait améliorer les processus du devoir de diligence, mentionnant que ceux de l’OCDE ou aussi du Processus de Kimberley, se sont transformés.

Vous pouvez retrouver l’enregistrement vidéo  de cette réunion dans son intégralité sur le site UN web TV (Intervention de Paul-Simon Handy à partir de 01:05:30)

  • Crédit photo : ISS/OBG
Plus de publications
- Advertisement -Observatoire

Dernières brèves

Une Casque bleue indienne de la MONUSCO reçoit le Prix militaire du défenseur de l’égalité des genres de l’année 2023

Le 30 mai 2024 à l’occasion de la cérémonie commémorant la Journée internationale des Casques bleus, la commandante Radhika Sen a reçu le Prix...

La Major Ahlem Douzi de la MONUSCO remporte le prix 2024 des femmes officières d’affaires judiciaires et pénitentiaires

La Major Ahlem Douzi, de nationalité tunisienne, a remporté le Prix de la pionnière des Nations Unies pour les femmes spécialistes des questions judiciaires...

Infographie et entretien vidéo sur l’action de l’Union européenne en Afrique dans les domaines paix et sécurité

Le 29 janvier dernier, le Groupe de recherche et d'information sur la paix et la sécurité (GRIP), gestionnaire du projet Observatoire Boutros-Ghali, a publié...